Les différentes méthodes d'élevage utilisées à la raterie


Chez les rats, il y a plusieurs techniques d’élevages à considérer et je ne parles pas des installations ou les types de cages. Je parles plutôt des types de croisements possibles qui jouent un rôle très important dans la reproduction pour améliorer les plusieurs caractéristiques de nos ratons ; le Inbreeding, le Line-Breeding et le Outcrossing. Ce texte explique les différentes méthodes d'élevages chez Exotic Whiskers Rattery, et non chez quelconque autre élevage donc informez vous au près de votre éleveur pour leur pratiques si vous avez des questions puisque chaque éleveur travail de façon unique. 

Le ''inbreeding'' est le croisement de deux rats qui sont reliés génétiquement, comme par exemple une mère à son fils, une fille à son père ou une soeur à son frère. Il est important de noter qu'il n'y a pas d'effets négatifs à la ''consanguinité'' chez les rats. Les seuls problèmes qui peuvent apparaitre sont ceux qui sont déjà dans la lignée et qui ressort dans les portées dû aux gènes récessifs communs entre les rats de la même famille. C'est de cette façon que je peux éliminer les gènes négatifs d'une lignée.

Malheureusement, plusieurs personnes sont contre ce genre de croisement malgré que ce soit celui le plus ‘‘sécuritaire’’ pour réellement bien travailler et améliorer une lignée. Chaque espèce animale a un différent degré de tolérance face à la consanguinité. Chez les rats, la tolérance est très très élevée. Si vous faites quelques petites recherches, vous serrez surpris de ce que vous pourriez trouver. Dans les laboratoires de recherche, les chercheurs ont besoin de plusieurs rats génétiquement identiques le plus possible pour obtenir des résultats précis et toujours cohérents. Pour ce faire; leur élevage est uniquement basé sur des croisements entre frères et sœurs, de génération en génération. Par ce fait même, les rats de laboratoire sont les rats qui sont considérés en meilleure santé à travers le monde entier.

Le ''line-breeding'' est le croisement entre deux rats qui sont reliés de plus loin, tel que la tante à son neveu, l'oncle à sa nièce ou des cousins. Personnellement, et d'après ce que plusieurs éleveurs reconnus m'ont confiés, le ''inbreeding'' est la meilleure technique pour bien stabiliser une lignée et le ''line-breeding'' est la meilleure technique pour bien maintenir une bonne lignée en santé sans faire de croisements inutiles avec d’autres lignées moins stables et ainsi apporter d'autres gènes négatifs invisibles.

Le ''outcrossing'' signifie croiser deux rats avec aucun lien de parenté. Quand une lignée est croisé avec une autre, plusieurs gènes y sont rajoutés et ce pas seulement les genes visibles. Plusieurs gènes recessif sont malfaisants... La lignée pourrait se retrouver contaminé par des gènes de cancers, tumeurs et même le mégacôlon (MC). Sans le ''inbreeding'' ces gènes demeureront présent et seront cachés sans aucun façon pour personne de savoir si ils sont présents. La seule manière de les faire ressortir et de s'en débarrasser c'est de faire du ''inbreeding'' et de sélectionner les meilleurs reproducteurs à partir de ce croisement. Par contre ce n'est pas à prendre à la légère, il y a une très grande base de génétique requise pour pratiquer ce genre de croisements. Une foi que les gènes malfaisant ressortent il est possible de s'en débarasser en faisant de la reproduction sélective tout en continuant le ''inbreeding'' pour les générations à suivre mais il est important de bien sélectionner et de savoir ques qui doit être gardé et ques qui doit être mis à l’écart. Il y a plusieurs choses à savoir avant de se lancer dans l'élevage car il peut y avoir d’énormes répercutions négatives.

Moi-même, j’utilise ces 3 méthodes de reproduction mais de façons différentes pour améliorer la santé et le tempérament de mes lignées. 

Personnellement je trouve que l’honnêteté est la base de la confiance. Je crois que c’est très important de savoir d’où on adopte un animal. Pour un éleveur éthique, il est très important de connaitre la personne qui va adopter un animal de notre élevage (raterie, chatterie etc). Quelque chose que je trouve aussi très important est la qualité de l’animal que nous produisons en tant qu’éleveur éthique. C’est bien beau de produire de beaux animaux aux belles couleurs et aux types de poils ‘‘rares’’ mais à quoi bon si cet animal n’est pas doux et gentil? À quoi bon avoir un animal qui est magnifique à regarder mais qu’on ne peut pas approcher ou cajoler? Ou encore si cet animal est super gentil mais il tombe malade au bout de 4-5 mois et reste chronique toute sa vie pour en mourir au bout d’une seule année de vie?


Tout ce qui fait cette différence commence dès la naissance, et même un peu avant dans le ventre de la maman. Si la mère est mal nourris avant et/ou pendant le temps de sa grossesse cela affectera les foetus. Le corps conserve des réserves de nutriments qui l’aideront tout au long de sa grossesse mais si elle ne reçoit pas les nutriments dont elle a besoins pour se maintenir en bonne santé elle ne pourra pas produire des petits forts et en santé.


L’importance de la bonne alimentation chez une femelle gestante... 

​Pendant les quelques semaines de grossesse de la maman, il est important de lui offrir tout les nutriments dont elle a besoins pour la garder forte pendant cette période. Les fruits et légumes, la viande et les produits céréaliers sont des sources de proteines et d’énergie pour la maman et les bébés, il est important de veiller à leur donner le meilleur quotidiennement.


Les risques associés à la malnutrition au cours de la grossesse sont...


  • Haut risques de diabète de type 2 ainsi que l’obésité chez les adultes dû à un trop haut taux de molécules microARN (responsable pour la réduction de production de cellules graisseuses qui engendre une résistance à l’insuline). 


  • Maladies du coeur et/ou mauvaise circulation du sang 


  • L’ostéoporose; une maladie caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration du tissu osseux. Cette condition entraîne une plus grande fragilité osseuse et des risques de fractures. 


  • Cancers et tumeurs (mammaires majoritairement) 


  • Insuffisance rénales chronique 


  • Sensibilité augmenté face aux maladies infectieuses (virus) 


  • Mal fonctionnement des organes 


  • Maladies mentales, agressivité etc


La naissance des petits...

Après l’accouchement, maman a besoin de reprendre des forces pour s’occuper de ses petits jusqu’au sevrage (5 semaines), donc une alimentation variée et supplémentée d’aliments frais et riches en protéines est fortement conseillée.

Dès la naissance, les petits continuent à se développer hors de l’utérus jusqu’au moment où leur yeux et leurs oreilles se forment et s’ouvrent complètement. Ils seront complètement dépendant de leur mère pour absolument tout faire pendant cette période de leur développement. La maman doit donc les laver, les aider à évacuer leurs selles et leur urine ainsi que les nourrir plusieurs fois par jour.

En moyenne, une rate aura de 6 à 20 petits malgré le fait qu’elle a seulement 12 tétines. À mon avis, le nombre parfait de petits pour une maman varie de 6 à 8. Plusieurs études ont démontrés les différences entre les petits nés d’une plus petite portée versus une plus grande portée.

Dans les premier jours suivant la naissance des petits, la mère produira du colostrum (ce qui est produit avant le lait). Le lait maternel contient des milliers de globules blancs qui sont des macrophages et qui produisent des anti-corps. Les macrophages servent à détruire les bactéries dans l’estomac des petits. Le colostrum contient encore plus de globules blancs pour ainsi protéger les bébés qui viennent tout juste de venir au monde et sont exposés à toutes sortes de bactéries et corps étrangers. Le colostrum est aussi rempli d’immunoglobulines, qui servent de bouclier sur les parois de l’intestin pour le protéger des bactéries qui pourraient s’y infiltrer.

Un rat qui aura eu un développement ralenti par un ou plusieurs facteurs verra son état général de santé considérablement réduite et/ou compromis. Dans le ventre de la mère, les petits reçoivent l’immunité aux bactéries et maladies via le placenta. Une fois venus au monde, ils reçoivent leurs anticorps par le colostrum et le lait maternel. S’il y a un manque à cet endroit, leur système immunitaire sera compromis et cela l'affectera à long terme.

Dans les photos suivantes, vous pouvez observer les petits d’une portée de 17 ratons. Nous voyons bien que ce ne sont pas tout les petits qui ont de belles grosses bandes de lait...













Dans la photo suivante vous pouvez observer des petits à 5.5 jours de vie... Après seulement quelques jours nous pouvons déjà observer la différence de développement chez les deux ratons. 













Le petit à gauche est plus maigre et semble même un peu déshydraté, tandis que le petit à droite est déjà plus dodu et ne semble pas du tout déshydraté. À cet âge, un seul gramme d’écart entre deux petits de la même portée est une énorme différence. Ici nous pouvons observer un écart de 3 grammes. Si on regardait l’écart de poids sur une période plus allongée, celle-ci continuerait à grandir plus ils grandiraient et se développeraient.

Pour vous démontrer plus en détail le développement des petits dans de plus petites/grandes portées voici un tableau tiré directement du site de recherche du US National Library of Medicine (National Institute of Health: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1262977 ) provenant d’une étude menée en 1976 sur les portées de 2, 4, 6, 8, 12 et 16 petits.
























Dans le premier tableau vous pouvez clairement observer la différence des petits d’une portée plus petite ou plus large pendant leur développement jusqu’à maturité.

Dans le deuxième tableau on peut observer la différence de poids, de protéines, d’ADN et de lipides qui sont considérablement réduits dans une portée plus large.













Pour poursuivre dans la même suite d’idée, voici des photos de deux petits de portées différentes. Le plus gros est Bleu Russe et le plus petit est Noir. Le Bleu Russe vient d’une portée de 2 et le Noir vient d’une portée de 7. Déjà à 21 jours, nous pouvons bien voir la différence de grosseur des deux petits qui sont nés en même temps.













À seulement 21 jours, nous pouvons déjà constater une différence de 18 grammes entre les deux petits.












Maintenant à 69 jours, nous voyons un encore plus grand écart de poids avec 36 grammes de différence.












Avec toutes ces informations qui vous ont été donnés si haut, vous pouvez maintenant tenter de comprendre pourquoi j'ai choisis cette technique pour améliorer mes lignées. En me concentrant sur les petits qui sont nés déjà plus fort que leur frères et soeurs, cela augmente les chances d'améliorer la lignée à long terme puisque je ne continuerai jamais vers la génération suivante avec un parent faible, malade et/ou au mauvais tempérament. En exerçant cette pratique, je contribue à la continuité stable et équilibré des futurs générations de ratons qui seront disponibles pour l'adoption. Je crois sincèrement que si tout les animaux étaient reproduit de cette façon, non seulement les refuges ne déborderaient pas mais nous ne passerions pas autant de temps dans les centres vétérinaires à prier pour nos amours. 

©raterie limoges