©raterie limoges

Les tumeurschez les rats

informations générales


Une tumeur, aussi appelée néoplasie (néo = nouveau et plasie = tissus) ou cancer, est un amas de cellules anormales qui se multiplient de façon désordonnées sans pouvoir effectuer leur fonction de base. En contrepartie, ce qu’on appelle ‘’hyperplasie’’ est une croissance exagérée du tissus mais qui garde ses fonctions de base.


Les tumeurs proviennent de cellules qui ont subit une modification dans leur code génétique, ce qui font qu’elles perdent le contrôle sur leur mécanisme de reproduction et de mort cellulaire. Un tissus normal est composé de cellules qui se multiplient jusqu’à ce que des signaux chimiques inhibent la prolifération cellulaire. Les cellules tumorales (ou néoplasiques) n’arrêtent jamais de se diviser, peu importe les signaux autour.


Types de tumeurs :

On différencie deux types de tumeurs : les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes.


Les tumeurs bénignes sont composées de cellules qui ont perdu leur mécanisme d’inhibition de croissance et se multiplient localement. Habituellement, ce sont des tumeurs qui grandissent lentement et n’envahissent pas les tissus autour. À long terme, ces tumeurs peuvent tout de même grandir assez pour pousser les organes et tissus autour et amener différents types de problèmes. Ces tumeurs répondent bien à la chirurgie, et sont habituellement opérables.


Les tumeurs malignes sont composées de cellules plus immatures, qui grandissent de façon désordonnées en envahissant les tissus et les organes autour. En pénétrant dans le sang ou la lymphe, elles peuvent aussi envahir les tissus et organes à distance, ce que l’ont appel métastases. Ce type de tumeur est agressive et peut causer de la nécrose, de l’inflammation, de l’infection, une perte de poids rapide et, à court ou moyen terme, la mort.


Les différents cancers chez les rats sont influencés par certaines caractéristiques, notamment l’âge, le sexe, leur génétique, leur diète, leurs hormones et leur environnement. On les retrouve rarement avant l’âge de 16 mois.


Les tumeurs les plus fréquentes chez les rats sont les fibroadénomes (tumeurs mammaires), les carcinomes épidermoïdes (tumeurs de la peau, particulièrement près de visage et de la sphère ORL), les adénomes hypophysaires (tumeur de l’hypophyse) et les adénomes testiculaires. Il existe aussi des tumeurs utérines, fibrosarcomes, adénomes thyroïdiens et lymphomes malins.


Présentation clinique :

  • Masse palpable, pouvant être ferme et fixe ou mollasse et mobile, selon le type de tumeur et la localisation


  • Ulcères ou abcès qui ne guérissent pas malgré un traitement adéquat


  • Symptômes neurologiques : perte de coordination, faiblesse, perte de vision


  • Changements dans les selles ou les urines


  • Saignements, notamment dans le cas des tumeurs utérines ou de la prostate


  • Gonflement d’une partie du corps


  • Perte de poids, perte d’appétit, léthargie


  • Douleur


Le diagnostic est envisagé devant un rat amaigri avec une masse palpable. Des imageries radiologiques (radiographies, échographies) ou des tests de laboratoires peuvent être nécessaires, selon le cas. Le diagnostic final est posé en examinant, en laboratoire de pathologie, la tumeur enlevée par chirurgie.


Traitement :

Chirurgie : habituellement recommandée, surtout pour les petites tumeurs localisées. Même lorsque la tumeur est à un stade trop avancé, la chirurgie peut permettre de diminuer l’inconfort et les symptômes liés à la tumeur.

*Une médication antidouleur sera prescrite en post-opératoire, soit des narcotiques:

  • Buprenex (buprenorphine)
  • Torbugesic (butorphanol)

et/ou des anti-inflammatoires:

  • Banamine (flunixin meglumine) 
  • Metacam (meloxicam)


Médicaments :

Certaines tumeurs répondent bien aux anti-inflammation stéroïdien (glucocorticoïdes), notamment les tumeurs hypophysaires. Les glucocorticoïdes (ou cortisone) incluent la prednisone/prednisolone et la dexaméthasone.

*Les AIS provoquent une immunosuppression et une atrophie des glandes surrénales sur une utilisation prolongée, ce traitement doit donc être administré à un rat en fin de vie, afin d’alléger la douleur. Il est a noter également que la prednisolone entraîne souvent un embonpoint chez l’animal.


Antibiotiques :

Si le cancer est associé à une infection bactérienne.


Euthanasie :

À envisager dans certains cas de cancer trop avancé dont les symptômes de douleur ou perte de mobilité empêchent le rat d’avoir une belle qualité de vie.


S’occuper d’un rat en traitement de cancer :

Post opératoire :

  • S’assurer que le rat soit dans une cage séparée des autres pour le temps de sa convalescence après une opération, surtout s’il y a des points de sutures ou une plaie non cicatrisée.


  • Utiliser un substrat de litière doux, comme des t-shirts, du feutre ou d’autres tissus du genre, et le changer quotidiennement pour éviter l’infection de la plaie chirurgicale. Éviter les substrats de litière de style granuleux, qui augmentent le risque d’infection, ainsi que les serviettes de bain qui peuvent s’effilocher, et ce jusqu’à une bonne guérison de la plaie.


  • Offrir de ;a chaleur pour maintenir une bonne température corporelle du rat en convalescence, sans le surchauffer ou le déshydrater. Certains produits se vendent pour mettre une source de chaleur supplémentaire dans la cage. On peut aussi mettre de l’eau chaude dans une bouteille entourée d’une serviette, et placer le tout dans un coin de la cage.


  • Administrer les médicaments contre la douleur et l’inflammation, tel que recommandé par le vétérinaire.


  • Nettoyer la plaie avec des coton-tiges d’eau propre ou d’eau saline isotonique, surtout s’il y a un écoulement.


  • S’il y a des points de sutures, il est parfois nécessaire d’envelopper le rat (Body-wrap) pour ne pas qu’il les enlève.


Nutrition :

En post opératoire :

  • Offrir beaucoup d’aliments riches en fer pour éviter l’anémie (foie, œufs, légumes verts)


  • Suppléments caloriques pour les rats avec cancer (formule de lait de soya pour bébé, Ensure, Boost, purées pour bébés, avocats)


  • Ajouter des multivitamines (vendues en animalerie ou chez le vétérinaire) si les apports nutritionnels sont insuffisants


  • Encourager l’hydratation. Offrir beaucoup d’eau, voir du Pedialyte (vendu en pharmacie pour réhydrater les enfants) afin de fournir des électrolytes si le rat mange et s’hydrate peu.


Surveillance :

Recontacter le vétérinaire en cas d’inflammation, rougeur, douleur au site chirurgical, ou si les symptômes de cancer (perte de poids, d’appétit, léthargie) réapparaissent.


Prévention :

  • Offrir une bonne alimentation saine et variée, incluant beaucoup de fruits et légumes frais (notamment le brocoli).


  • Éviter l’obésité


  • Discuter avec le vétérinaire des avantages et risques de la stérilisation


  • Palper régulièrement vos rats pour s’assurer de l’absence de masses anormales, particulièrement si les rat sont plus âgés


  • Adopter d’un élevage qui fait un suivis de santé de ses lignées pour s’assurer que les rats sont reproduits de façon à réduire les risques de cancers et tumeurs


*     *     *


Source :

http://ratguide.com/health/neoplasia/tumor.php

*     *     *